LE MOT DU COORDONNATEUR

27

Pandémie du COVID-19 : Oui, notre agriculture doit survivre

Il y a environ cinq (05) mois, lorsque se déclarait le 1er cas de la pandémie du COVID-19 dans notre pays, nous pensions tout naturellement en tant qu’acteurs de développement, au quotidien de ces millions d’agriculteurs à travers la Guinée.

Nos préoccupations étaient d’autant plus légitimes que nous les savions eux, ces acteurs inlassables de notre économie, plus que jamais vulnérables et exposés aux risques socioéconomiques de la pandémie.

Qu’adviendrait-il de leurs activités en ces périodes de restrictions de toutes sortes ? où et comment se procureraient-ils des intrants ? comment surtout parviendraient-ils à écouler leur production sur les marchés, vu les mesures restreignant la mobilité entre les villes ?

Ce sont-là quelques-unes des préoccupations qui nous ont très vite conduit à prendre les devants pour non seulement anticiper sur les perturbations sur la production agricole et le réseau de distribution, qu’auraient pu engendrer la propagation de la pandémie, ce qui priveraient nos agriculteurs de leurs principales sources de revenus.

Pour l’Unité de coordination du PDAIG et ses partenaires techniques, il était question d’agir vite ; d’agir vite et bien pour sauver la campagne agricole 2020, dont les premières pluies annonçaient déjà le début.

Chers partenaires et acteurs du monde rural

Il me plait, à ce stade, de faire un rappel du contexte de la prise de ces initiatives, en faveur de nos millions de paysans, dès la déclaration de l’état d’urgence par nos autorités. Initiatives qui nous ont conduit à mettre en place la stratégie de riposte face à la COVID-19.

En effet, dans un contexte caractérisé par la propagation sans précédent de la pandémie du COVID19, le Gouvernement de Guinée a, dès mars dernier, pris un décret instaurant l’Etat d’urgence sanitaire dans le but d’en limiter les effets néfastes sur nos populations.

Bien entendu, ces mesures édictées ont eu des conséquences notables sur le secteur agricole de façon globale, avec ses risques éventuels d’insécurité alimentaire, de perte de revenu et d’emploi.

Pour atténuer les effets de ces mesures et renforcer la résilience de populations agricoles à la base, le Ministère de l’Agriculture, a soumis une requête d’activation de la Composante d’intervention en cas d’urgence imprévue du Projet de Développement Agricole Intégré de Guinée – PDAIG, pour financer le sous-projet de réponse du secteur agricole face à la COVID19.

Ce sous projet de riposte vise apporter une contribution remarquable avec l’appui du Projet, aux activités agricoles impactées par la crise sanitaire. Il s’est traduit par la mise à la disposition aux populations vulnérables des kits de production de qualité afin d’améliorer la disponibilité alimentaire et atténuer les effets de la pandémie sur le secteur.

Il comprend trois volets, à savoir :

  • La mise en place d’un dispositif harmoniser de collecte des prix des produits agricoles et des données sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle ;
  • La contribution à l’atténuation de l’incidence de la pandémie sur les populations vulnérables par le soutien à la production agricole, et
  • L’appui aux Organisations faîtières, les Micros et Petites Entreprises Rurales, ainsi que les PME/PMI agricoles impactées, par le biais d’un mécanisme de financement innovant et compétitif.

En termes de résultats :

  • Près de 50,000 ménages vulnérables ciblés verront leur situation alimentaire, ainsi que leurs revenus améliorés ;
  • Les activités de production et de transformation des femmes et des jeunes seront relancées et les emplois créés ou maintenus ;
  • La résilience des ménages ruraux face aux chocs potentiels, renforcée ;
  • Les risques d’insécurité alimentaire et nutritionnelle, réduite.

Chers partenaires,

A l’image de la convergence d’idées qu’elle a nécessité de la part de l’ensemble des acteurs du Projet, la mise en œuvre de cette stratégie nécessitera de notre part, davantage de synergie d’actions pour l’atteinte des résultats. Comme en témoigne ces incessantes réunions qui nous ont permis de penser, élaborer, mettre eu point et affiner toute la stratégie de riposte face à la COVID-19.

Je voudrais pour terminer, témoigner de la reconnaissance de l’équipe de Coordination du Projet à l’endroit de tous les partenaires du Ministère de l’Agriculture, les Directeurs Nationaux et Généraux, notamment de l’Agence Nationale de la Promotion Rurale et du Conseil Agricole (ANPROCA), la Direction Nationale de l’Agriculture, de l’Agence Nationale des Statistiques Agricoles et Alimentaires (ANASA), du Bureau de Stratégie et de Développement du Ministère de l’Agriculture, la Direction Nationale de la Production et Industrie Animale, l’Agence Nationale de Aquaculture de Guinée (ANAG) et de tous les cadres des Agences d’exécution et structures partenaires, les organisations socioprofessionnelles (Chambre Nationale d’Agriculture, la CNOPG, CONASEG, etc.) qui se sont tous investis dans la préparation et à la mise en œuvre de cette stratégie.