Riposte contre la COVID-19 et avancement des travaux d’aménagements hydro-agricoles : le PDAIG et ses bénéficiaires font le point

53

La Coordination du PDAIG élargie aux services techniques du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage et à deux faîtières paysannes (CONASEG et CNOP-G) séjourne depuis le dimanche 21 février 2021 dans l’arrière-pays, dans le cadre d’une mission de suivi de la mise en œuvre des activités. Neuf des dix préfectures où le Projet intervient seront visitées au cours de cette mission. Entamée à Boké, la tournée prend fin le 16 mars prochain à Mandiana.

L’Objectif est de faire le suivi des activités réalisées dans le cadre la mise en œuvre globale du Projet ; en évaluer l’impact (notamment pour ce qui est des appuis fournis dans le cadre de la stratégie de riposte à la COVID : fourniture d’intrants agricoles, appui-conseil agricole, formation …) sur la campagne écoulée et les bénéficiaires eux-mêmes. L’autre objectif était d’évaluer l’état d’avancent des travaux d’aménagements et/ou de réhabilitation des périmètres irrigables sur les 5 sites, lancés en décembre 2020 dans le cadre de la sous-composante 1.1 du Projet : Amélioration de la gestion de l’eau).

En raison des fortes attentes exprimées par les bénéficiaires pour la mise en valeur urgente des sites, la mission a voulu s’assurée auprès des communautés elles-mêmes que les travaux sont à un niveau d’avancement appréciables. L’évaluation des travaux, notamment à Batipon, Djoungol, Lafou, Mangol et Wansan a permis aux équipes sur le terrain de faire le constat que, hormis les contraintes résiduelles dues aux restrictions imposées par le COVID, les travaux connaissent un taux d’exécution appréciable.

Quant aux appuis apportés par le projet, dans le cadre du soutien à la compagne agricole depuis le début de la pandémie, les bénéficiaires ont eu l’occasion d’exprimer leur satisfaction pour la célérité de la réponse apportée pour les aider à surmonter cette crise et surtout pour la qualité des intrants apportées. A Labé, par exemple, des producteurs de pomme de terre ont vu leurs récoltes doublées. Les aviculteurs, notamment à Coyah et Dubréka, eux, ont pu surmonter les handicaps dus à ces mêmes restrictions grâces aux kits fournis par le Projet grâce au financement de la Banque Mondiale.

Enfin, concernant le financement des plans d’affaires dans l’agro-business par le Projet, la mission a expliqué qu’une firme spécialisée qui aura à conduire tout le processus est désormais mobilisée et opérationnelle. Les trois experts qui la composent ont été présentés aux autorités et aux bénéficiaires. La coordination a eu l’occasion d’expliciter leur mission et, notamment l’appui qu’ils apporteront dans les semaines à venir pour une assistance technique de qualité sur l’ensemble du processus d’accompagnement des porteurs de projets.

La mission qui se poursuit jusqu’à la mi-mars a été ponctuée par des visites de sites d’exploitations agricoles, des réunions d’informations avec les acteurs de à la base et les services techniques déconcentrés.