Crise du maïs dans la fabrication des aliments pour volaille : le PDAIG envisage ” l’initiative 2000 ha de maïs”

298

En forte hausse depuis quelques années, la production de poulets de chair et de ponte fait face à une crise récurrente : la disponibilité des aliments pour la volaille. Mais il y a que l’un des composants essentiels dans la préparation des aliments sont hors de portée pour une grande majorité d’aviculteurs. Le prix du kilo de maïs produit localement est inaccessible, alors son importation depuis les pays voisins est impactée par les restrictions de mobilité dû à la pandémie de la COVID.

Pour résoudre ce dilemme, le PDAIG envisage lancer l’initiative maïs. Un programme qui permettra de rendre disponible et à des coûts abordables le maïs pour les aviculteurs guinéens.

Il s’agira pour le projet d’identifier 200 grands producteurs de maïs, qui exploiteront, chacun, sur 10 ha. Le PDAIG vise donc faire produire exclusivement une variété hybride à haut rendement sur 2000 ha. De quoi contribuer à résoudre la question de l’apport en maïs dans la production du de l’aliment pour bétail.

Composant essentiel dans la fabrication des aliments pour la volaille, le maïs, en plus de la farine des produits dérivés du poisson, est sont assurés par les importations. Les fermiers en Guinée dépendent donc en partie de l’extérieur pour assurer l’alimentation de ses volailles. Si l’aliment complet volaille n’est pas importé. Par contre, la plupart des ingrédients qui entrent dans sa fabrication proviennent des pays voisins.