DIALLO OUSMANE ALGASSIMOU fermier et déjà millionnaire à 33 ans !

141

Comment rendre le poulet accessible à toutes les bourses et à tous les ménages ? Ousmane Alghassimou Diallo, jeune fermier de 33 ans, pense que c’est bien possible. « il faut démocratiser l’accès au poulet. Pour ses vertus nutritives et gustatives, il faudrait qu’on accentue la production de poulets de races locales pour que chaque guinéen en consomme. Le poulet ne doit plus être un luxe », explique-t-il.

A 33 ans révolus, Diallo Ousmane Algassimou, peut s’estimer heureux. Les millions, il en compte chaque mois par dizaine, grâce à la petite exploitation qu’il tient de sa mère. De cet héritage, il a su se faire un nom dans le milieu des éleveurs de poulets, mais a su faire prospérer la ferme. Né à Labé il y a 3 décennies Diallo Ousmane Algassimou commence son parcours scolaire dans son Labé natal avant d’obtenir, au terme d’un cursus universitaire sans faute une maitrise en Sociologie de l’environnement et du développement communautaire.

L’Aviculture, il la pratique depuis sa petite enfance. Puisqu’à 11 ans déjà il assistait sa mère dans la ferme familiale qui comptait à l’époque de 400 poules. Mais à la fin de ses études, lorsqu’il obtient sa maîtrise, sa mère le prépare pour une aventure vers l’Occident. « Moi J’ai décidé de retourner au village pour m’occuper de son exploitation., Car avec tous ce que je vois dans à la télé, la vie en Europe ne paraissait pas rassurant pour mon avenir.»

« En 2019 que je loue sa ferme et fais une première commande de 500 pondeuses. C’était le déclic », poursuit-il. Aujourd’hui ce jeune entrepreneur dit ne pas regretter s’être opposé à sa mère, en refusant ce voyage vers l’inconnu.

Aujourd’hui grâce à cette ferme, il emploie des jeunes Guinéens et a à son compte 5 employés, dont un promoteur, deux fermiers, un vétérinaire et une vendeuse. Malheureusement, se souvient-il la COVID-19 est venue casser notre élan. Mais avec le soutien PDAIG on pourrait relever le défi.

En effet, nous nous préparer à lancer une commande de 3000 pondeuses et à agrandir.

Mon objectif est d’aider le plus grand nombre de nos concitoyens à manger au moins à un prix accessible à tous la chair de poulet.

Article précédentRecensement National de l’Agriculture et de l’Elevage : le PDAIG dote l’ANASA de plusieurs engins roulants
Article suivantSollicitation de manifestations d’intérêt : Services de Consultant pour la sélection d’un cabinet pour recrutement du personnel clé de l’UNC du projet PDACG