Revue de presse : Aider les agriculteurs à accéder aux marchés, est l’un des objectifs du PDAIG

1

Les responsables du Projet de Développement Agricole Intégré en Guinée ne sont pas restés en marge du Salon des Entrepreneurs tenu le 01 février dernier à Kindia. Le Directeur des opérations du PDAIG n’a pas manqué de souligner qu’il est temps de révolutionner l’agriculture en République de Guinée.

Le pays a connu ces dernières années des projets de développement ou des bailleurs qui ont permis de travailler sur la productivité agricole.

Comment intensifier la production agricole ? C’est l’une des préoccupations majeures en Guinée, selon ce technicien. Pour le Directeur des Opérations du Projet de Développement Agricole Intégré en Guinée, « il n’y a pas de lien créé entre la production et le marché. Ce qui fait que le producteur se trouve toujours dans sa logique de production classique ».  Selon Ibrahima Sambégou Gassama, le premier objectif doit être de répondre aux besoins primaires alimentaires des ménages.  Alors, pour aller vers la facilité de commercialisation, il faut que les agriculteurs soient capables de mettre une quantité importante en tout genre sur le marché.

L’autre objectif de notre projet ajoute M Gassma, c’est « d’aider les agriculteurs à accéder aux marchés et de travailler dans une approche PP. C’est-à-dire partenariat productif ou sur une chaîne de valeur donnée. On essaye d’identifier tous les principaux acteurs qui interviennent dans le développement de la filière et de développer le partenariat productif entre producteurs et consommateurs. Ça veut dire que le producteur du riz, du maïs, de la pomme de terre ou autres filières qui préparent sa campagne agricole, le fait sur la base d’un contrat de production.  Par exemple, j’ai un objectif de produire 10 tonnes de riz ou 20 tonnes de maïs parce que j’ai un contrat de livraison de 20 tonnes ou 10 de riz ou de maïs » a indiqué Ibrahima Sambégou Gassama.

Une telle démarche changera totalement l’approche de l’agriculture pratiquée à date par la plupart de nos agriculteurs. « Notre projet va travailler essentiellement dans ce sens en essayant de mettre déjà l’emphase sur les principaux acteurs qui interviennent sur la transformation et la commercialisation. Nous allons travailler aussi sur la base de réseaux de producteurs avec une approche de partenariat productif à développer les contrats de production et de rendre l’agriculture plus sexy. C’est-à-dire, apporter des approches nouvelles en envoyant des nouveaux outils en travaillant sur des éléments  de chaines de valeur. Des chaines de valeur qui attirent beaucoup plus les jeunes dans le secteur agricole ».

Le Directeur des Opérations du Projet de Développement Agricole Intégré en Guinée réitère qu’Il est préférable maintenant de quitter cette agriculture classique qui demande assez d’efforts avec peu de rendement vers celle moderne.  « Il est temps de quitter l’agriculture rudimentaire avec la daba à la main, dans la boue et sous le soleil ou la pluie, à une agriculture avec des équipements plus modernes, que l’on peut commander de loin étant à Conakry ou ailleurs. On est en train de faire un suivi spécial de notre exploitation en utilisant des drones. Une nouvelle technique d’accès à l’information sur la zone de production et aussi sur le marché. »

Par ailleurs, le Directeur des Opérations de PDAIG se dit très honoré d’être au côté de l’APIPE au SADEN de Kindia. « Avec l’APIP, partenaire privilégié, nous allons identifier les producteurs avec lesquels on va bâtir toute une stratégie. Souvent ces acteurs du secteur agricole font face à des contraintes d’approvisionnement alors que notre rôle est de régler ces questions d’approvisionnement. Pour nous c’est une idée novatrice et transformatrice de notre agriculture » a conclu Ibrahima Sambégou Gassama.